Training time : L’eye-liner graphique

En beauté certaines pratiques sont quasiment innées (mettre du mascara ou du gloss par exemple), tandis que d’autres sont de réelles épreuves du quotidien et demandent un minimum de technique et d’entrainement. Exemple: se faire un brushing sans s’assommer, réaliser une tresse africaine qui dure plus de 20 minutes ou poser de l’eye-liner sans se foirer.

C’est de cette dernière technique que j’aimerais vous parler aujourd’hui (pour les autres, je suis toujours en training hein)… Je ne dis pas que j’ai une recette miracle que vous réussirez parfaitement du premier coup (perso, j’ai mis quelques matins à merder/m’énerver/râler devant mon miroir*), mais avec un peu d’entrainement, l’habitude vient vite!

Maquillage de l’oeil au liner… façon graphique!

1) le MATOS

Pour celles qui débutent complètement dans l’oeil de biche (ou qui, comme moi, sont un peu nul en travail manuel), je conseille d’utiliser un crayon khôl bien aiguisé ou un feutre liner. Pour les pro (ou les kamikazes), un pinceau liner standard est of course possible.

Pour ma part, j’ai toujours utilisé un crayon khôl qui présente l’avantage de bien marquer et d’être rigide (donc très maniable) et parfait quand on débute. Mais, malheureusement le crayon s’enlève très mal si on s’est loupé, il peut baver un peu et il ne donne pas un tracé très fin.

J’ai donc fait l’acquisition il y a quelques temps sous les conseils de ma little frangine d’un liner feutre l’oréal. Le passage crayon -> feutre se fait assez facilement car la mine du feutre est pas mal rigide ce qui évite de devoir tirer des longues lignes parfaites comme avec un pinceau, on peut travailler petit à petit. L’avantage par rapport au crayon, c’est que le tracé est plus fin et qu’il s’efface très facilement en cas de loupé.

2) THE technique

Cette méthode m’a été apprise par une copine argentine il y a quelque années, big up à elle! Ce que j’aime dans cette technique c’est qu’on peut, à chaque étape, vérifier qu’on est bien symétrique et recommencer si nécessaire (risque de plantage en baisse).

Sans plus attendre, voici donc la méthode en image:

1) Tracer un trait à l’angle externe de l’oeil qui monte vers la pointe du sourcil. Faire un oeil, puis l’autre et vérifier que le résultat est symétrique: ces traits sont la base de ce maquillage, s’ils ne sont pas très symétriques, il faut recommencer!

L’astuce qui marche bien tout au long de cette méthode, c’est de fermer l’oeil que l’on maquille en haussant fort le sourcil = donc il faut s’entrainer à faire des clins d’oeil (ouvrir très grand la bouche peut aider)^^.

2) Tracer ensuite un trait le long des cils, en veillant à ce qu’il soit assez fin coté nez. Faire un oeil, puis l’autre, vérifier la symétrie.

Ce trait peut se tracer de l’extérieur vers l’intérieur (ce que je fais) ou inversement, ou en deux sens différents, à chacune de trouver se qui lui ait le plus facile. Bien sûr, ce n’est pas obligé de tracer le trait en une seule fois.

3) Maintenant on fait un « triangle » en partant de la pointe du trait de l’étape 1) vers le trait de l’étape 2) en allant tout droit.

Colorer l’intérieur du triangle. Faire un oeil, puis l’autre et vérifier la symétrie.

L’objectif est que le trait soit de plus en plus large vers l’extérieur de l’oeil (« fino fino fino -gordo gordo gordo » comme disait ma cop argentine).

4) Pour finir, on n’oublie pas une petite touche de mascara, ici mon chouchou forever dont je vous ai déjà parlé .

Et voilà !!!

J’espère avoir été assez claire et avoir donné aux réfractaires du liner l’envie de se jeter à l’eau !!

 

xoxo

 

* désolé Chéri pour ces matinées « douceur&sourire »

C’est encore assez moche… mais c’est propre!!

Faut pas rêver, avant que ma cour ne ressemble à celles mes rêves, il va se passer de l’eau sous les ponts, (concrètement une toiture à refaire, un velux à poser et un appartement à rénover entièrement)!

Mais quelques petits arrangement étaient quand même possible en ce lieu laissé  à l’abandon depuis des années.

A commencer par l’énorme arbre de 6 mètres de hauteur qui nous assombrissaient et qui perdaient  à gogo: feuilles, baies noires (tachantes) et pollen (en forme de moutons de poussière super agréable)! Pas entretenu depuis des lustres, un de ses troncs défonçait la proche gouttière et il avait cette forme de « mauvaise taille »:

Il a donc pris sa raclée :

Mais il n’en repartira que plus harmonieux et… plus contrôlé!! L’ombre est un plaisir en été à Toulouse, mais pas besoin d’avoir une forêt non plus!

Sinon, la petite cour à l’avant de la maison a aussi eu droit à son ravalement de façade au karcher, et elle en avait bien besoin!

    

Avant…

Après!

Et coté cours intérieure, même traitement:

Le sol est débarrassé de sa crasse…

… Et la verrière laisse passer la lumière maintenant (à gauche nettoyée, à droite l’original)!

Sur ce, je fais un gros big-up aux amis venu nous assister dans ces épreuves et je vous laisse avec mon coin fleuri :)

xoxo

Le Paradis du Fruit

Ça faisait un moment que je n’avais pas parlé Resto par ici… Pour y remédier, je vous emmène au Paradis du Fruit, que j’apprécie autant pour ces smoothies que pour ces bon petits plats!

Je n’ai pas pris de photo de la très jolie déco, MAIS où avais-je la tête??? (sûrement encore dans les cartons du gros déménagement que nous avions fait ce WE-là). Je veillerai à m’auto-flageller pour la peine, ne vous inquiétez-pas, justice sera faite! Mais imaginez-vous une déco so girly: du rose fluo, des lustres design, des fruits en folie, de la tapisserie baroque, un joli bar, etc etc etc…

La cuisine y est simple et fraîche, des grosses salades, des cassolettes exotiques ou des combinaisons à choisir, j’adore l’idée!

Ah et bien sûr: les cocktails y sont à tomber!

Et au dessert… du cheesecake (j’ai pas résisté), pas mal de crèmes glacées ou de yogourts aux fruits (et compagnies) à composer selon l’envie. (Les rimes c’est cadeau)

Ajoutez à tout ça des prix abordables (pour les plats max 15€, les boissons et desserts max 7/8€) et des serveurs sympas… Il y a deux adresses à Toulouse et apparemment un peu partout en France, alors RDV au Paradis?

xoxo

Ps: je suis + ou – en mode diète là, et je peux vous dire que je BAVE littéralement devant mon écran…

L’aventure Glossybox, par Amélie

Un petit article d’Amélie aujourd’hui, sur son coup de coeur pour la Glossybox! J’avoue que j’étais un peu septique sur le sujet de la box-beauté au début mais après avoir lu sa critique, j’ai bien envie de tester :)) Une surprise par mois dans sa boite au lettre, c’est quand même le pied! 

Bonne lecture, 

E.

Voilà maintenant 2 mois que je me suis laissée tenter par cette nouvelle tendance qui est la Glossybox. Le principe est simple, on s’inscrit sur le site Glossybox. Là, il nous demande de remplir un questionnaire sur notre type de peau, les produits de beauté que l’on utilise régulièrement puis on paie 13 euros par mois pour recevoir un petit colis à la maison sans savoir ce qu’ il contient!! Je trouvais ce concept plutôt tentant et je dois dire que je n’ai pas été déçue pour le moment.
La boîte reçue ce mois-ci avait pour thème le bio d’où son nom « Biotiful ». Chaque mois il y a un thème différent et les produits contenus dans la boîte correspondent à ce dernier.

La petite boîte rose enfin dans ma boîte aux lettres je me suis précipitée pour découvrir mes produits et dés l’ouverture une délicieuse odeur en est sortie!!! Quel suspense!!!

Cette boîte contenait donc 6 produits différents:
- Des sels de bain à la mangue aux sels marins et huiles essentielles. Un pure délice, on en mangerait!!!
- Un blush 100% minéral. Je n’ai pas l’habitude d’utiliser ce genre de maquillage mais la couleur est très jolie
- Un soin contour des yeux raffermissant Weleda composé d’anti-oxydants naturels
- De l’eau minérale de la mer morte pour un nettoyage très doux de la peau
- Un savon d’Alep dont les bienfaits ne sont plus à prouver
- Un tube de Minceur TurboDétox de Forté Pharma pour bien préparer l’été!!

Points positifs:

  • Il y a un gros effort de présentation avec papier de soie noir, petit ruban et boite roses
  • On reçoit des produits de qualité que l’on achèterait sans doute pas
  • On ne sait jamais ce que l’on va recevoir!!
  • Les petits formats permettent de ne pas mettre 6 mois à finir une crème et par conséquent à changer très souvent!!!

Points négatifs:

  • Certains produits reçus finiront malheureusement à la poubelle (rouge à lèvre par exemple)
  • Il y a toujours un petit stress concernant la réception étant donné les nombreuses réclamations visibles sur le site mais pour le moment moi je n’ai eu aucun soucis

Dans l’ensemble je trouve ce concept vraiment intéressant et très sympa, reste à savoir si ce site là est mieux qu’un autre.
Peut être pourrez-vous me donner vos avis sur cette question.
En attendant chouchoutez-vous bien!!!!

 

*************************************

Encore merci à Lili pour cette jolie découverte!

Si vous aussi vous avez un coup de coeur, une découverte, un truc so « omg-jadore » et que vous voulez le faire partager ici, n’hésitez pas à m’envoyer un mail via la petite enveloppe rose à droite :)

xoxo

Petits flans à la courgette et à la fêta

Voilà une recette que j’avais envie de tenter depuis un moment car c’est un très bon moyen de manger des légumes facilement (même mon mari, qui est sceptique face à la courgette, a adoré… ça veut tout dire!).

Ingrédients:

  • 2 courgettes
  • 1 oignon
  • 2 oeufs
  • 4 cuillères de crème fraiche épaisse
  • 1/2 cuillère à café de persillade
  • 1/2 cuillère à café de curry
  • 1/2 cuillère à café de curcuma
  • sel & poivre
  • une poignée de fromage râpé
  • de la fêta
Préchauffer le four à 170°C et râper les courgettes avec la peau.
Faire revenir dans un filet d’huile d’olive: l’oignon, les courgettes et les épices. Il faut que toute l’eau des courgettes se soit évaporée. Avant de sortir du feu, goûter pour voir si c’est assez cuit et saler/poivrer.
Battre l’œuf en omelette, ajouter la crème fraîche puis les courgettes cuites et refroidies, la fêta en morceaux pas trop petits (sinon elle fond et on sent quasiment plus l’effet so fresh recherché) et le fromage râpé.

Remplir des moules en silicone (difficiles à démouler) ou des cassolettes et, pour les gourmandes comme moi, mettre un gros morceau de fêta au centre de chacun.

Enfourner 25 min environ. A noter quand même que les moules en silicone sont ultra galère à démouler, mieux vaut attendre que ça refroidisse (voire les congeler) pour les démouler joliment. C’est plus simple en cassolette ;)

Pour ma part, je les mange tel-quel avec un petit coulis de tomate mais l’homme a beaucoup apprécié accompagné de pâtes. Aussi, ça se congèle très bien donc autant faire un stock pour les mauvais jours de grève dans la cuisine.

Bon appétit!